Accueil du site > Recherche > Chiroptérologie > Les chauves-souris du parc national Dzanga-Ndoki

Les chauves-souris du parc national Dzanga-Ndoki

par Raphaël Colombo.
Mis à jour le samedi 26 janvier 2013

4 votes

Bien que de nombreux travaux aient été effectués sur la faune mammalogique d’Afrique centrale, très peu de ceux–ci concernent les chauves-souris. Ce groupe est rarement pris en compte dans la gestion des aires protégées et dans les divers inventaires biologiques. Ainsi, la chiroptérofaune d’Afrique centrale demeure encore très mal connue.

Epomops franqueti
Epomops franqueti
Scotophilus sp.
Scotophilus sp.
Nycteris grandis
Nycteris grandis
Hipposideros cyclops
Hipposideros cyclops

Les chauves-souris présentent une diversité de niches écologiques qui font d’elles des organismes clé dans le maintien de l’équilibre des écosystèmes (Reis & Guillaumet, 1983 ; Rodriguez et al., 2006). En effet, de nombreuses études ont démontré le rôle des chiroptères dans la régulation des populations d’insectes, dans la pollinisation et dans la dispersion des graines de nombreuses plantes ayant une importance écologique et économique. Ainsi, en zone tropicale, les chiroptères semblent par leur abondance et leurs activités être l’un des principaux agents de dissémination des graines et leur rôle serait plus important que celui des oiseaux et des autres mammifères frugivores (Reis & Guillaumet, 1983).

L'équipe Chauves-souris {JPEG} Dans la forêt d'Azobés au nord est du lac 3 {JPEG}

A l’appel de l’association « Insectes du Monde », Raphaël COLOMBO, a réalisé un premier inventaire des chauves-souris de la Réserve de Dzanga-Ndoki en République Centrafricaine.

Raphaël et Hipposideros vittatus {JPEG} Lissonycteris angolensis {JPEG}

Cet inventaire, est le premier depuis 50 ans au sein du Parc. Celui-ci a nécessité la mise en place de 20 nuits de captures (1182 mètres/heure d’ouverture de filet), ainsi que de nombreuses heures de prospections en forêt à la recherche de cavités arboricoles abritant des chiroptères. Par ailleurs, chaque espèce capturée à été mesurée, punchée, photographiée et enregistrée à l’aide d’un détecteur d’ultra-sons D240X et d’un enregistreur ZOOM H2. L’ensemble des individus ont ensuite été relâchés. Cinq nuits d’écoute en canopée ont également été réalisées à l’aide d’enregistreurs automatiques de type SM2-bat.

Glauconycteris sp.
Glauconycteris sp. lac 1
Lissonycteris angolensis

Lors de cet inventaire, ce sont près de 200 individus qui ont été inventoriés (173 grâce à la capture au filet, et 32 grâce aux recherches diurnes de gite). Une trentaine d’espèces de chauves-souris appartenant à 5 familles différentes ont pu être recensées. L’espèce la plus répandue au sein du secteur étudié, semble être le complexe Hipposideros rubber/caffer (64 individus capturés). Parmi la trentaine d’espèces inventoriées, la moitié sont aujourd’hui encore en cours d’identification. De plus, au vu du peu de travaux disponibles sur ce groupe, il est possible que pour certaines aucun nom définitif ne puisse être donné avant plusieurs années. Une dizaine des espèces inventoriées dans la zone semblent être nouvelles pour le pays. Cet inventaire permettra sans aucun doute d’augmenter le nombre des espèces de mammifères connu pour la réserve et pour le pays.

Captures d'une nuit...

Liste de quelques espèces clairement identifiées :

  • Epomops franqueti
  • Mimetillus moloneyi
  • Hipposideros caffer / ruber
  • Hipposideros vittatus
  • Glauconycteris sp. (4 espèces)
  • Myotis bocagii (Murin pécheur extrêmement présent au dessus du lac1)
  • Nycteris grandis
  • Nycteris thebaica
  • Nycteris nana
  • Lissonycteris angolensis
  • Scotophilus dinganii
  • Scotoecus albofuscus


SPIP | | Plan du site | Site mis en ligne et administré par PI09 | Suivre la vie du site RSS 2.0